Profilage de la dérive


Désolé ! Vous n'avez pas le bon profil ...


Toute blague mise à part, lorsqu'on a décidé de s'attaquer à la confection d'une dérive, les difficultés commencent réellement après l'achat de la planche... Muni du règlement de jauge, que sait-on des impératifs de la construction ?

CENTERBOARD

Min Max
101 Thickness 18
102 Fairing 80
103 Does centerboard comply with dimensions ? yes no

En français clair et intelligible, ça veut dire qu'une dérive ne doit pas être moins épaisse que 18 mm, et que son profilage ne doit pas être effectué à plus de 80 mm des bords. Sachant que la largeur d'un puits de dérive doit être comprise entre 22 et 25 mm, vous avez tous les éléments en main pour vous faire une dérive parfaite... ou presque.

Lorsqu'on se penche sur les théories de la mécanique des fluides, on s'aperçoit de la complexité des choses, et de la grande quantité des paramètres entrant en cause.

Réglons tout de suite son sort au paramètre épaisseur.

Choisissez l' épaisseur minimale (18mm). Certes le calage dans le puits de dérive sera délicat à réaliser, mais la théorie et les essais (non ! Pas ceux de Montaigne, mais ceux de Pascal... Lebrument) rejettent l'intérêt d'un profil épais. Pour lebord d'attaque, compte tenu des paramètres de vitesse et d'épaisseur que nous connaissons, le profil suivant semble le meilleur.

x 3.3 6.7 13.3 20 28.8 40 53.2 88.5 80
y 2.3 3.9 5.3 6.3 7 8 8.6 8.9 9

derive

Le bord d'attaque sera arrondi, sur un rayon théorique de...1,35 mm. Pour le bord de fuite, le profilage est moins déterminant et pourra être linéaire sur les 80 mm tolérés. Mais, me direz vous, un bord de fuite pointu est terriblement fragile ! Exact ! Là encore la théorie nous aide. Il n'y a aucun inconvénient à chanfreiner la fuite jusqu'à conserver une épaisseur de 3 mm maximum. Regardez le "pan-coupé" à l'arrière de certains cabriolets sportifs pour vous convaincre de la validité de la solution. Quant à la finition de l'ensemble, là encore elle est primordiale. Le gain de l'ensemble ? Faible, très faible. Un calcul grossier montre que, au bout d'une heure de navigation à 5km/h en ligne droite, elle est de l'ordre de 50 cm, par rapport à une dérive simplement arrondie à l'avant. J'en vois, au fond de la classe, qui pouffent. Quant aux régatiers, ils arborent généralement un sourire crispé lorsqu'on évoque le sujet...